Pierre Marie Descotes

Il y a cinquante ans, décédait Pierre Marie DESCÔTES

Place P DescotesDepuis les années 70, la Ville honore l’un de ses plus illustres personnages en nommant Place Pierre Descôtes l’espace situé au chevet de l’église et rue Pierre Descôtes la voie adjacente.

Mais qui était au juste Pierre Descôtes ? A l’occasion du cinquantième anniversaire de son décès en Bolivie, il est utile de se remémorer ce parcours remarquable.

 

    • Pierre-Marie DESCÔTES est né le 8 juillet 1877 à St Genix-sur-Guiers, au Hameau de Joudin. Il quitta sa Savoie natale dès ses études secondaires, sa formation tant scientifique que religieuse l’amenant à fréquenter des établissements dans de nombreux pays : en France tout d’abord, de St Genix à Lons-le-Saunier, puis en Espagne à Grenade, en Equateur à Quito, en Angleterre à Hastings puis à nouveau en Espagne à Grenade et Murcie.

    • C’est en Espagne qu’il est ordonné prêtre, membre de la Compagnie de Jésus.

       

       

       

    • Le 13 novembre 1912 il arrive à La Paz, en Bolivie, missionné pour établir un observatoire sismologique de premier ordre dans les Andes à la demande du congrès mondial des Unions Géophysiques et Astronomiques.

    • C’est dans ce pays qu’il exercera ses activités scientifiques et éducatives pendant 52 ans jusqu’à son décès, ne le quittant que pour participer à des congrès scientifiques à l’étranger.

    • Il laisse une œuvre scientifique importante dans les domaines de la géographie, de la géodésique, notamment de la sismologie, et de l’astronomie.

    • Dès 1913, il inaugure l’observatoire sismologique St Calixte avec trois sismographes : deux orientés E-O et N-S et un pendule vertical de sa conception et qui établit l’existence de séismes profonds. Ce laboratoire conserva une importance mondiale reconnue pendant un demi-siècle.

 

 

 

  • En 1922, il détermine la longitude précise de La Paz, par des calculs astronomiques réalisés en parallèle de ceux menés à Santiago du Chili. La même année, un décret du Gouvernement le charge du service officiel de l’heure.

     

     

     

  • En 1925, la précision de ses calculs amène à corriger de 400 mètres toute la carte sud-américaine, ce qui permit la réalisation d’une cartographie précise de la Bolivie.

     

     

     

     

  • En 1939, après plusieurs années d’expérience radiohonique, il fonde officiellement Radio FIDES, qu’il dirigea longtemps.

     

     

     

     

  • A partir de 1958, son état de santé l’amène à quitter La Paz pour Cochabamba, au climat plus adapté, d’où il continue de diriger l’Observatoire St Calixte.

  • C’est dans cette ville qu’un hommage remarquable lui est rendu en 1960 par les autorités gouvernementales, religieuses et universitaires. C’est là qu’il s’éteint le 27 septembre 1964, il y a cinquante ans.

Au cours de ce parcours particulièrement dense, il ne repasse par St Genix qu’en 1924, à l’occasion d’un congrès scientifique l’amenant à Madrid et Paris. Il y rencontre ses neveux et nièces nés depuis son départ.

 

Tout au long de sa vie, en reconnaissance de ses travaux et mérites, Pierre-Marie Descôtes a reçu les plus hautes distinctions honorifiques tant françaises que boliviennes, notamment la Légion d’Honneur (grade d’officier) et le Grand Condor des Andes (grade de commandeur), les Palmes académiques et la médaille du Mérite au Maître.

 

 

 

Aujourd’hui, sa mémoire est entretenue par ses nombreux petits neveux et nièces, dont plusieurs habitent toujours St Genix.

 
Son laboratoire et son collège existent toujours :

Site du Laboratoire Saint Calixte
(site avec une version francisée)

Site du Collège Saint Calixte

 La radio qu’il a créée en 1939 a accompagné la vie politique et religieuse du pays et constitue toujours un média reconnu en Amérique latine :

Site de Radio FIDES

 Pour en savoir plus : télécharger la plaquette qui détaille sa biographie.

Les commentaires sont fermés.