Commune nouvelle

Ce jeudi 15 octobre, la parole était aux citoyens pour s’informer et s’exprimer sur le projet de “commune nouvelle” que les élus de quatre communes ont engagé.

Les Sangenestois ont pu déjà entendre parler de “commune nouvelle” en plusieurs occasions.

Une grande réunion regroupant quelques 140 élus de Savoie, Haute Savoie, Isère et Ain s’est déjà tenue à la salle polyvalente le 6 février 2015.
A la suite de cette présentation générale, une démarche de rapprochement s’est engagée entre les communes du secteur : elle s’est approfondie entre les communes de St Genix-sur-Guiers, Champagneux, Grésin et St Maurice-de-Rotherens.
Le bulletin municipal de juin 2015 présentait cette démarche et son avancement.

Vos élus ont travaillé cet été en commissions (gouvernance, finances, patrimoine & travaux, services de proximité, animation & associations) pour étudier les conditions concrètes de la faisabilité d’un regroupement en commune nouvelle.

Au terme de ce travail, les conseillers municipaux des quatre communes, réunis pour en dresser le bilan, a estimé que c’était le moment de présenter à l’ensemble de nos concitoyens les enjeux et l’avancement de cette démarche, pour assurer leur information concrète et recevoir leurs réactions et propositions.

Ont donc été organisées quatre réunions publiques, une dans chaque commune, mais toutes ouvertes à l’ensemble des habitants des quatre communes (voir l’invitation ci-jointe). Celle de St Genix-sur-Guiers s’est tenue jeudi 15 octobre à 20 heures à la Salle polyvalente.

Présidée par les quatre maires présents, elle s’est appuyée sur une synthèse préparée par l’ASADAC, qui a accompagné les élus tout au long de cette démarche. Rien n’a été laissé dans l’ombre, du dispositif de création défini dans la loi à l’impact concret sur les impôts locaux payés par chacun.

 

Les questions posées et témoignages apportés ont été l’occasion de bien préciser la démarche qui a manifestement reçu un large consensus de la part des présents. Les enjeux ont bien été compris : dans un contexte de plus en plus difficile pour les petites et moyennes communes (baisse des dotations, élargissement et donc risque d’éloignement des niveaux supérieurs de collectivité …), il faut s’organiser sans attendre pour être plus à même d’être représenté et entendu et pouvoir maintenir et si possible améliorer le niveau de service local apporté à la population, le tout sans perdre l’identité locale de chacun et le dynamisme local notamment associatif.

Il appartient désormais aux quatre conseils municipaux de dresser le bilan de cette concertation et de décider de la suite de cette démarche déjà bien avancée.

Les commentaires sont fermés.